Image Alt

Wellworking : nouvelles formes d’organisation du travail

Wellworking : nouvelles formes d'organisation du travail

Wellworking : nouvelles formes d’organisation du travail

L’idéal pour bien travailler serait d’allier un environnement agréable et une position confortable. Mais comment faire de cet idéal une réalité? En instaurant les nouvelles formes d’organisation du travail.

Quand on se sent bien, on travaille mieux. Mais comment y arriver ? Grâce à un changement de culture dans l’organisation ? Sans doute. Mais pas uniquement. Améliorer son bien-être, c’est aussi un acte individuel : rien ne nous empêche de proposer des améliorations et de partager ce qui fonctionne pour nous. Et qui sait, cela en inspirera d’autres !

Nouvelles formes d’organisation du travail pour un environnement zen et de qualité

Un environnement de travail de qualité favorise notre concentration, notre inspiration et donc notre productivité.

Les nouvelles formes d’organisation du travail, en anglais « New Ways Of Working » (NWOW), ce sont toutes les actions mises en place dans ce sens.

Un environnement de travail plus zen, c’est notamment:

  • un cadre agréable : espace, lumière, chaleur, couleurs, pureté de l’air…
  • des horaires adaptés : en fonction de notre rythme circadien, de nos activités privées, du trafic routier, d’une envie de s’isoler …
  • des espaces de travail conçus pour les différentes façons de travailler, seul ou en groupe.
  • du mobilier pour varier les postures : assis, debout, accroupi. Chacun peut s’installer dans sa posture de prédilection pour travailler.

Il existe une multitude solutions pour améliorer le bien-être au travail. Le plus gros du chantier consiste surtout à amorcer le changement. Il faut bien commencer quelque part et, pourquoi pas, par soi-même ! Oui, on peut tous être acteur ou actrice du changement.

Le Wellworking, pourquoi ?

Tous les responsables du personnel ou d’équipe le savent : des travailleur.euse.s plus heureux sont plus motivés et donc plus productifs. Le wellworking va dans ce sens. Se sentir bien au travail participe à la fois à la meilleure santé des travailleurs mais aussi à plus d’efficacité.

Car les nouvelles organisations du travail apportent :

  • moins d’absentéisme : un meilleur confort physique et mental au travail a des répercussions positives sur la santé.
  • de l’attractivité comme employeur : les jeunes générations, Y et Z notamment, ont une vision plus flexible du travail. Une organisation qui met en place des outils qui vont dans ce sens, attire forcément plus de candidat.e.s.
  • de la rétention du personnel : un travailleur heureux ou une travailleuse heureuse ne va pas chercher ailleurs. C’est aussi simple que ça.

La mise en place de nouvelles organisations du travail représente donc un changement gagnant-gagnant.

Qualité de vie au travail : du flexible, du mobile, du sur-mesure !

Améliorer la qualité de vie au travail, cela commence par l’adaptation du poste de travail. En effet, les professionnels de la médecine du travail le disent : travailler assis.e dans une position figée 8h par jour, c’est nocif pour la santé.

Cette position favorise :

  • les troubles musculo-squelettiques
  • l’obésité
  • les soucis cardio-vasculaires
  • le diabète
  • le cancer

Certains auteurs parlent de nouveau tabagisme, vu les impacts santé négatifs de la posture assise prolongée.

Or, dans les environnements de travail classiques, on en est toujours au « bon » vieux bureau statique. Cela ne convient pas à tout le monde. Ni physiquement, ni intellectuellement. Et on peut changer ça facilement, moyennant quelques aménagements simples et peu coûteux.

NWOW : l’humain et sa santé au centre de la culture d’entreprise

La clé de l’amélioration de la santé des travailleurs et travailleuses ? Une culture qui favorise le mouvement :

  • des lieux de travail où l’on peut travailler debout ou assis.e sur une balle : la variété des postures réduit les douleurs;
  • la possibilité de faire des pauses : pouvoir se lever pour faire quelques pas ou s’étirer, sans se sentir jugé.e.s;
  • des réunions debout ou en marchant : qui plus est, la marche favorise l’émergence des idées. Et pratiquée à l’extérieur, c’est l’occasion de s’oxygéner
  • une douche pour permettre aux collaborateur.rice.s de se rafraîchir après un sport à l’extérieur
  • une participation financière de l’employeur à un abonnement sportif
  • la possibilité de pratiquer un sport pendant l’heure de midi grâce à l’horaire flexible
  • des activités de groupe organisées pendant les pauses : marche, jogging, vélo, yoga. Elles peuvent être proposées par des travailleurs et travailleuses et se dérouler à l’extérieur ou dans un local disponible au sein de l’organisation. Dans ce cas précis, l’accord du supérieur hiérarchique sera bien entendu de mise.

Et donc, en résumé, pour un bien-être physique et mental: on se bouge ! 

On peut aussi préférer se calmer. La détente favorise une meilleure gestion du stress. Apprendre à se détendre, c’est ce que proposent le yoga ou la méditation. Des pratiques ancestrales où chacun.e prend le temps de se centrer.

Qualité de vie au travail : des moyens existent !

Pour la santé de tous et toutes au travail, 2 ressources sont à leur disposition : la médecine du travail et l’ergothérapeute. Ils sont là pour adapter les postes à certaines pathologies ou…apprendre à bien s’asseoir. Outre l’aspect physique, la médecine du travail agit en prévention des risques psychosociaux.

A côté de cela, les moyens techniques d’aujourd’hui (ordinateur portable, wifi…) facilitent la création d’espaces de travail variés où chacun.e se sente bien. On peut aisément changer de poste de travail selon ses besoins. Le choix est vaste : travailler seul ou à la cantine près du café ou sur un bureau partagé.

De plus, quelques aménagements peu coûteux permettent de changer de posture de travail. Comme passer d’une position assise à son bureau à une position accroupie dans un fauteuil. Et, pourquoi pas, travailler debout ou assis.e sur un ballon ou sur un tabouret assis-debout dynamique ? A tester.

Les NWOW : changer petit pas par petit pas

Qui dit nouvelles organisations de travail dit changement de pratiques et de culture. Comme tout changement, implémenter une nouvelle organisation du travail c’est un long chemin passionnant.

Les aspects pratiques : le plus facile à changer

Pratiquement, si on veut concrétiser de nouvelles organisations du travail, cela implique :

  • des espaces à aménager;
  • du mobilier à trouver;
  • une organisation du travail à redéfinir.

Les aspects culturels : la voie du changement

Le changement de culture, cela passe par de nouvelles techniques de management pour s’adapter à la réalité des horaires flottants et télétravail. Pour cela  :

  • instaurer une culture de la confiance;
  • placer l’humain au centre des décisions;
  • écouter les besoins de chacun : ne rien imposer. Il n’est pas question d’obliger à faire du yoga;
  • apporter la preuve du soutien d’une Direction qui montre l’exemple;
  • obtenir l’engagement des salarié.e.s.

A court d’idées à mettre en place ? Trouvez-en lors d’un exercice d’intelligence collective avec l’aide d’un.e facilitateur.trice.

Vers une nouvelle organisation du travail, une responsabilité partagée

Le changement ne dépend pas uniquement des actions du management. Chacun.e est responsable de son bien-être. De 2 façons :

  1. parler avec son manager : une conversation ouverte exposant les soucis c’est le premier pas pour arriver à une solution;
  2. apporter soi-même les éléments de son bien-être : une plante, un coussin, bricoler ou acheter un support d’ordinateur pour travailler debout sur un meuble bas, etc.

Alors, qu’allez-vous apprendre aujourd’hui ?

Plusieurs formations de l’EAP tournent autour de la thématique d’une meilleure qualité de vie au travail. Notamment les formation en gestion du stress professionnel et en management en distance. Vu le succès de ces modules, ils ne sont pas prêts de sortir de notre catalogue.

L’École d'administration publique (EAP) a été créée en 2012 pour former le personnel des administrations de la Région Wallonne, la Fédération Wallonie-Bruxelles et leurs OIP. Son objectif est d'améliorer les compétences des collaborateurs, tout en favorisant les échanges d'expériences inter-administrations.

Commentaires (1)

Ajouter un commentaire